textes d'un internaute

La leçon de chose

La leçon de choses...
Et voilà, ma Meuf me donne un titre et me dit : écris un truc avec ça…
Non mais, j’y crois pas, elles ont de ces idées les créatures, des fois je vous dis pas !
Enfin, si, je vais vous dire, plutôt vous l’écrire !
Que feriez-vous avec un titre comme ça hein ?
Je pose la question, z’êtes pas obligés de répondre, mais bon, un peu d’aide ne serait pas superflue, mais compter sur les copains et <pines> quand tu as un défi ou un problème à résoudre tiens, fume !...
Il n’y a plus personne, alors toujours le même pauvre mec qui s’y colle.

Bon, m’en va vous parler des morbacs ou si vous préférez des morpions...
Quoi ?
Déjà des con-testataires ?

Une rébellion ?
Un soulèvement d’internautes ?
Des velléités de protestation ?
Non ?
Bon !
Je continue alors, parce que, si le sujet ne vous plait pas, proposez-en un autre, vous-même, ou fermez-là, ok ?
Non mais !

Où en étais-je de ma leçon de choses, moi, avec votre manie de me couper tel un Rabin qui ferait des heures supplémentaires, le soir, chez lui !
A la lumière d’une bougie, je me disperse, m’éparpille, je ressemble à un puzzle sans notice  à qui il manque toutes les pièces.

DEFINITION DU MORBAC :
Phtirius inguinales, juste à lire le nom scientifique, ça démange dans la région du string ou du kangourou, c’est selon.
Si tu es une fifille ou un mec, si tu as un joli minou ou deux orphelines, tu vas me dire, cher Lecteur, que tu retrouves souvent les deux orphelines dans un string mais très rarement un beau frifri dans un slip kangourou, ou alors ta Meuf a le gabarit de David Douillet et travaille comme chauffeur routier dans une entreprise de déménagement, mais là, je ne peux rien pour toi.

Revenons-en  à la bibite, non je parle pas du chauve à col roulé, je voulais écrire la bébête qui monte, mais mes si mignons doigts, sur le clavier, ont dérapé, pas comme les morpions les plus trapus qui s’accrochent aux poils du c…. et comme je te connais tu vas me dire : « et pour les chauves du trou de balle , comment ils font les morfales, il meurent de faim ? »...
Que nenni  te répondrai-je du tac au tac <pas le jeux de grattage>, une fois installé  le squatteur, il plante ses crocs, le petit malin, il te suce en permanence, pas besoin de système pileux.  

Etant plus trapu que son cousin ordinaire le pediculus corporis, qui lui ne s’intéresse pas au sexe, le morbac est bisexuel, te dévore goulûment aussi bien une chagladoune qu’un braquemart, petit ou grand, il n’est pas sectaire le vorace.

Bon je crois que la leçon de chose est finie, pour en savoir plus tapez le mot morpion sur un moteur de recherche... et bonne chance.

PS : Ou alors, proposez un autre sujet plus philosophique si vous n’avez pas peur de recevoir une réponse tout aussi philosophique de ma part.



11/04/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres