textes d'un internaute

Le collectionneur

Le collectionneur

Une douleur fulgurante à l’abdomen me sort de ma torpeur, une tige d’acier a transpercé mon corps ,me voilà cloué sur une planche ;  il y a pourtant un instant je volais libre, allant d’une fleur sauvage à l’autre me régalant de leur nectar, au jardin potager où je butinais les fruits succulents ; mon nom ? Saturnia Pavonia ( petit paon de nuit) joli, non ?

J’ai mal, enlevez moi cet acier qui me torture le corps.

Ma vie a débuté chenille pour finir papillon en passant par chrysalide ou nymphe, trois vies, en quelque sorte et très courtes, alors, pourquoi les hommes s’obstinent t’ils à vouloir nous clouer sur une planche ? Surement pour de l’argent ou pour s’accaparer une beauté éphémère dont ils sont jaloux ! Peut-être se trouvent t’ils beaux de l’extérieur mais en dedans le sont –ils ?

J’ai mal, soyez indulgents, achevez moi,  je souffre trop … 

                                                                                                                                                                                            Est- ce pour votre plaisir, votre égo que je me trouve ainsi épinglé ? Je tourne doucement la tête, j’aperçois mes congénères comme moi cloués  sur la planche, le Peacock malgré ses quatre faux yeux sur les ailes n’a pas su vous effrayer  ,pourtant, lui, si courageux a trompé bien de ses prédateurs…

J’ai mal, délivrez moi de ma souffrance…

J’aimerais encore déployer mes ailes, jouer avec le vent, vous faire admirer mes belles parures, virevolter dans les champs de coquelicots, aller me poser encore une fois sur les pâquerettes et me gaver de nectar …

j’ai mal mais vous n’attendez pas ma souffrance tant votre plaisir est autre part, des couleurs chatoyantes sur une planche que vous cacherez dans une vitrine pour le plaisir de vos yeux égoïstes et pour que vos amis vous admirent et….

 

flash info

Macabre découverte ce matin le célèbre  entomologiste Mexicain, Monsieur Sombrehero,s a été trouvé littéralement empalé sur une branche du seul arbre existant dans un champ en friche où il s’adonnait à sa passion : la chasse aux papillons !  On reste sceptique quant à la présence de milliers de ces insectes tournoyant autour du corps de l’homme, plus d’informations, plus tard, dans la journée…



23/08/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres