textes d'un internaute

Visite du (le post)fiction

 

 

La couleur bleutée filtrant sous la porte des locaux du « le post » en aurait fait reculer plus d’un…

 

Mais le Primate en avait vu d’autres !  Surmontant sa peur, l’Aventurier du net, d’une main fine et manucurée, pesa sur la poignée en fer forgé de la grande porte capitonnée ,le gros battant aux gongs  mal huilés grinça  sous la poussée, une odeur acre agressa ses narines pourtant habituées aux geôles sordides des dictatures webienes du monde, les visages blafards le dévisagèrent avec des yeux aux reflets sanguinolents…

 

« Ouiquoiquec’est quec’estquesa ? »

 

 interrogea celui qui avait l’air d’être le chif en chef des sang-sureurs  du  « le post »

 

«  Bonjour, je me présente : Orang-outan, j’écris quelques textes et autres conneries sur ma page perso, et je voulais connaître un peu les gens qui s’occupent avec impartialité de la censure du le « post ». »

 

The chif of the sang-sureur :

 

“Ok pour nous mais il faut que nous en discutions avec notre supérieur rachitique d’abord !

Marcellllllllllllllllllllllllllll viens vite il y a une grosse tâche dans les bureaux du « le post »qui cherche des crosses, je le vire ? »

 

Un gros homme à moustaches ,ruisselant de sueur, en bermuda à fleurs, chaussé de charentaises et coiffé d’un chapeau claque, fit irruption dans la pièce donnant un coup de pied dans les boites de bières jonchant le sol achevant d’un coup de latte sournois un poster anonyme venu demander des explications sur un sujet soi-disant subversif de l’accouplement des morpions homosexuels sur la tête d’un chauve hétéro …

 

« Quoiquinya »

 

 interrogea l’essoufflé en chef?

 

« N’en na que le Singe voulu viendu visitu nos locals chif ! »

 

 répondit le sous-fifre qui faisait aussi office de paillasson et de cible pour des jeux de fléchettes dans les grandes colères du chif en chif quand celui- ci avait des montées d’hormones toutes suries de ne pas avoir pu se dégorger le poireau avec  sa secrétaire !( Mais cela ne nous regarde pas… )

 

Le chif en chif grogna deux ou trois mots ( peut être quatre je ne sais plus )

 

« Tuluifaisevisiterleschiotesaumacaqueettulefoutalalourdefissa,  ok !!! »

 

« Oui »

 

A le (post) ils ont un langage assez hermétique ...

 

La visite dans ces locaux fut un constat d’échec pour le Singe, il vit des employés sous payés, à la mine défaite, les visages cireux de ses galériens à la plume mortelle qui hantent les com et autres sites où leur façon de penser est la seule et unique qui prime et où la plume devient un outil tranchant qui coupe les textes avec le geste gracieux du bourreau sur de son impunité.

 

Les cadavres de posters, célèbres ou anonymes, jonchent le sol avec encore dans leurs mains aux doigts crispés un texte chiffonné ; autrefois habiles et prompts à « pamphlétiser »  ,ils agonisent ,piétinés par les gourous de la syntaxe à la plume » trucidére » , quelques sons rauques sortent encore de leur gorges,

 

Un mélange de baves sanguinolentes où quelques caillots noir se forment et s’assemblent pour écrire un dernier mot de désespoir muet :  libertééééééééééééééééééééééééé !!!

 

C’est dégueulasse, non ?



25/04/2010
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres